Quelques mythes concernant mal de dos

« Si je ne m’étais pas penché pour soulever, mon dos n’aurait pas eu de problèmes »

Ce n’est pas un évènement isolé mais un comportement souvent inconscient qui prépare le terrain longtemps avant l’incident et prédispose à la blessure. Trop de tension dans une région du corps en limite le mouvement, donc impose un surcroît d’effort ailleurs. Un jour, vous en demandez trop et c’est l’accident.

« C’est un problème de posture : je dois me tenir droit »

Une meilleure posture aiderait mais en réalité la posture se laisse difficilement corriger ; si vous devez travailler, donc contracter les muscles pour mieux vous tenir debout, vous ne ferez que compliquer la situation. La seule bonne posture est celle qui demande le moins d’effort musculaire et laisse au squelette le rôle de porter votre poids.

QUE FAIRE ?

Il faudrait arrêter de faire ce qui limite les mouvements. Mais il est difficile d’arrêter de faire ce que l’on fait sans le savoir. Au lieu d’enseigner ou de montrer la manière correcte de porter, de tenir le buste, de se pencher, se retourner, de passer d’une position à une autre, mon intention sera de mettre chacun(e) dans une situation qui lui permette d’apprendre à découvrir par ses propres moyens, par ce qu’il ressent la meilleure façon pour lui d’agir. Il s’agira d’explorer les chemins par lesquels le mouvement circule à travers les parties du corps. Les articulations déterminent le potentiel de mouvement ; bien les aligner et les faire fonctionner de concert les unes avec les autres accroit la mobilité, répartit l’effort, utilise mieux la force du squelette, augmente le confort dans l’action.

Joceline Allegraud février 2009